PDF

Envoyer par mail

Envoyer par mail


Séparés par des virgules

Commémoration 11 novembre 2018

Commémoration du centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918

C’est par un doux soleil d’automne, ce dimanche 11 novembre 2018, que notre village a commémoré ses enfants morts pour la patrie, mais aussi tous les vaillants poilus qui ont participé à ces quatre années de combats qui ont cessées suite à la signature de l’armistice, le 11 novembre 1918.

Dans la cour du Fort les habitants et les membres du conseil municipal ont pu rejoindre les militaires du 1er Régiment du Train Parachutiste de Francazal qui nous avaient fait le grand honneur de participer à cette commémoration.

Après une introduction relatant cette Grande Guerre, à 11 heures la seule cloche de l’église fut activée et sonnât pendant quelques minutes. Il faut préciser que, la semaine précédente, la deuxième cloche qui permet de jouer un carillon chaque heure était tombée en panne et, pour cause de mauvais temps, n’avait pu être réparée à temps.

Le maire ayant souhaité déposer un bouquet de fleur devant le premier monument aux morts de la commune datant des années 20, situé à l’intérieur de l’église Saint-Pierre, ceux qui le désiraient s’y sont retrouvés. Mme Geneviève Durand-Sendrail a lu un poème de Victor Hugo intitulé « Hymne », à la gloire de tous les morts pour la patrie, d’une interprétation magistrale puis Mr Guerino Bardellotto, ancien combattant de la guerre d’Algérie, a déposé le bouquet de fleur devant le retable qui expose les portraits des clermontois morts pour la France.

De retour à l’extérieur, Mr Philippe Paillette ancien combattant de la guerre d’Algérie, aidé des élus, a déposé une gerbe devant le monument aux morts, qui a été érigé dans la cour du fort dans les années 80. Le maire a alors lu le discours du président de la république puis a vivement remercié les militaires présents au piquet d’honneur.

Il a été annoncé aux participants qu’une exposition d’objets et documents datant de cette époque les attendaient dans la salle des fêtes ainsi que le verre de l’amitié.

Cette exposition à mis à l’honneur les jeunes hommes engagés, volontaires ou mobilisés, dans cette guerre qui dura quatre longues années.

Le visiteur a pu s’immerger dans la vie quotidienne du poilu avec les objets contenus dans leurs paquetages (gamelle, ouvre boite, gourdes, lampe pliante, cousette, lunettes et aussi un paquet de ’cigarettes de troupe’ non ouvert), mais aussi quelques objets ‘refaçonnés’, tels ces douilles d’obus sculptés en vase ou bougeoirs par les poilus eux-mêmes, que l’on appelle ‘L’Art du Front ‘. De nombreuses photos originales mais aussi des cartes postales étaient également exposées.

On a pu suivre l’évolution de ce jeune soldat, engagé volontaire à 17 ans, en 1915, qui, après plusieurs Campagnes est devenu lieutenant et après une blessure et une citation à l’ordre du groupe, est retourné sur le front. Il a reçu plusieurs médailles dont la Croix de Guerre, la Médaille Interalliée de la Victoire, la Croix du Combattant Volontaire et la Croix de Chevalier de Légion d’Honneur plusieurs années après la fin de la guerre.

 

 

 On a pu lire, sur le ‘Journal de Campagne’ écrit par le grand-père d’un clermontois, les faits mais aussi les états d’âme des soldats au cœur de la bataille.

 Des objets des soldats français (casques, sabre…), mais aussi allemand, tels qu’un coupe-barbelé, des casques à pointe dit ‘prussiens’, ainsi que lettres et  photos.

 

On a pu participer à des ateliers :

D’écriture, en s’exerçant à écrire à la plume ‘sergent major’ et à l’encre de chine comme les soldats dans les tranchées pouvaient le faire pour écrire à leurs familles,

 

 

 

 

 De lecture, où l’on a pu consulter journaux et magasines des années 1915 à 1919 relatant les faits d’armes avec de magnifiques illustrations des batailles et des généraux.

 Paroles de La Marseillaise

 

 

 

 De vidéo, qui nous ont permis regarder des reportages montés avec les images originales de l’époque.

Cette exposition a été très appréciée des clermontois présents à la cérémonie mais aussi, tout au long de l’après-midi, des quatre-vingt passants qui ont pu aussi visiter l’église Saint-Pierre qui avait été ouverte en ce jour de commémoration.

 

Nous tenons à remercier tous les clermontois et clermontoises qui nous ont confiés, le temps de cette magnifique exposition, leurs souvenirs de famille.